15/07/2009

la cigale et la fourmi

la zuppa

La recherche de travail n'ayant porté à aucune conclusion positive, j'ai repris mes activités habituelles.

Activités que, bien évidemment, je n'avais cessé d'exercer, n'étant pas en mesure de me payer du personnel domestique (horreur de ce mot) avec le misérable salaire proposé dans les mini-entreprises locales.

A propos de domestique... La commune de Santa Teresa, avec l'aide de la Région Sardaigne, tente de mettre en place un service de gardiennes à domicile. Extrêmement exigeants, ils obligent à avoir deux salles de bain, une réservée uniquement aux trois bambins, maximum, à garder. Le service est proposé aux femmes (pour une fois les hommes sont discriminés) entre 18 et 55 ans. Il faudra m'expliquer pourquoi la femme italienne, supposée prendre sa pension à 60 ans, n'est pas capable de garder des mômes après 55 ans.... Et toutes les grands-mères du monde ont cet âge-là et parfois bien plus !

Troisième point réjouissant : ce n'est pas la commune qui gère le service, mais la gardienne elle-même. La commune offre une prime, la région paie l'onss et les parents traitent le salaire sous forme de contrat de travail domestique.. Je comprends mal : la jeune femme travaille chez elle à domicile et se fait prendre en charge socialement comme personnel domestique ! Evidemment, c'est beaucoup plus simple pour tout le monde, sauf pour le travailleur !

Dernier point : le salaire net est évalué à 1200 euros par mois pour 3 enfants à temps plein. Etant donné que peu de familles ont deux salle de bains et surtout ceux qui cherchent du travail, la commune suggère aux jeunes femmes de louer un appartement ou une maison à deux et de travailler hors de chez elle. Le loyer devra être déduit du salaire  : que restera-t-il ?

L'illusion de créer 5 postes de travail annuel à une population déjà arnaquée l'été, me rend très triste. Les responsables communaux ne se rendent pas compte de l'investissement personnel et matériel demandé pour recevoir finalement un salaire de misère. En fait, le problème est à prendre dans l'autre sens. On est ici en plein baby boom, la crèche manque de place, et une solution rapide et peu coûteuse est la mise sur le marché de "gardiennes à domicile" : pas d'investissements, une prime moindre que la construction de crèches neuves....... C'est tout dit les ptits qu'on spotche !

On deviendrait parano à moins que ça, non ?


Commentaires

Gardienne à domicile... Et oui en belgique ces emplois ont déjà été créés il y a bien longtemps et nous n'avons pas beaucoup progressé depuis, nous sommes au même point qu'en sardaigne! Tu reçois une indemnité de la commune où tu travailles,qui n'est pas très élevée. Tu n'as pas droit à la pension, tu dépends de ton mari pour la mutuelle. Et en cas de maladie ou d'accident tu n'as droit à rien non plus. Si l'enfant est malade ou en vacances tu ne reçois pas ton indemnité journalière! Tu n'es pas reconnue et si tu arrêtes tu n'as pas droit au chômage non plus!!! Et en plus tu dois transformer toute ta maison aux normes de sécurité et exigeances du service qui t'emploie, avant même d'avoir gagner 1€!!! Et combien de temps avant de récupérer tes frais d'investissement?! C'est pour cela que je suis devenue Accueillante Autonome, un bien grand mot pour gardienne indépendante je gagne un peu mieux ma vie. Mais c'est moi qui fixe le prix à la journée. Mais c'est pas le Nirvana non plus. Nous ne sommes pas fort appréciées par certains responsables politiques qui nous considèrent comme des commerçantes!!!!! Car pour eux, ce travaille est social et donc devrait être GRATUIT, enfin presque. Tout travail mérite salaire, couverture sociale et reconnaissance! NON? biz à toi Vinciane

Écrit par : Vinciane | 01/09/2009

Les commentaires sont fermés.